Franchir un mur

Le Management, c’est surtout une affaire de valeurs humaines

Le chien et son maître, le collier et sa laisse, quel rapport avec le management ? :

En ce dimanche de Pâques au parc de la tête d’or à Lyon, je regardais d’un air amusé un chien visiblement heureux de promener son maître triste, quelques mètres derrière au bout d’une laisse tendue.

La tension de la laisse marquait à l’évidence le manque de communion entre ces deux promeneurs.

Oublier la communion en ce jour de Pâques, c’est un comble si ce n’est blasphème !

Un peu plus loin, un homme pressé traînait au bout d’une laisse un chien qui ne suivait son maître que sous la contrainte d’un collier autoritaire.

Pour l’animal, à peine le temps de signaler son passage au pied d’un arbre à l’attention d’une « copine » qu’il aurait bien aimé rencontrer lors d’une prochaine sortie, en liberté.

L’homme pressé était visiblement contrarié d’avoir laissé sa télé. Il avait sacrifié ce temps ; pourtant inutile devant un programme sans intérêt ; pour répondre au besoin naturel de son animal.

Voilà un chien qui risque de connaître le refuge l’été prochain, pour que son maître puisse partir tranquillement en vacances et … s’enfermer à nouveau pour regarder une autre télé, ou bien visiter … un zoo par exemple.

Un peu plus loin encore, je voyais la complicité joyeuse entre ce joggeur et ce chien courant à ses côtés. Pas de laisse entre eux, mais juste le plaisir de partager un moment de jeu et de liberté.

Cette fois-ci, il n’y avait pas un maître et son chien mais deux amis.

L’un avait une laisse à la main et l’autre avait un collier, mais par nécessité envers les autres promeneurs.

Les relations animales et les relations humaines, quel rapport avec le management ? :

Soudain, tel Monsieur de La Fontaine, une curieuse métaphore m’est apparue. Je pensais à tous ces humains et leurs relations dominant – dominé, pareilles à celles qui régissent le monde animal.

Tous ces humains parfois bien plus animaux que leurs animaux eux-mêmes. Ces humains qui n’existent que dans des rapports de force, où la soumission de l’un satisfait l’illusion de puissance de l’autre, et réciproquement ?

Mais que manque-t-il donc à ces humains sous évolués qui n’existent que dans l’animalité de leurs relations, si ce n’est l’intelligence de l’homme, censée le différencier de l’animal ?

Eloignez-vous avec vos laisses, je ne supporte pas le dictat du collier.

Ne venez pas non plus m’exhiber docilement votre beau collier, je n’aime pas davantage tenir la laisse. Je laisse la laisse aux serviles.

Il y a tant de belles balades à partager. Oui mais le management ? :

Venez en amis, il y a de belles balades à faire, côte à côte, sans soumission ni domination, sans laisse ni collier.

Vous me montrerez des chemins que j’ignore et je vous suivrais.

Je vous ferai découvrir d’autres chemins que vous n’avez pas encore explorés et cette fois c’est vous qui me suivrez.

Nous découvrirons et explorerons ensemble de nouveaux chemins encore, côte à côte.

Je n’ai pas peur d’être devant vous sur les chemins que je connais et je n’ai pas honte d’être derrière vous sur les chemins que vous connaissez.

Quelles belles balades nous allons faire ensemble !

Et le management dans tout cela ? :

S’imprégner de ces valeurs vaut bien plus qu’apprendre toutes les méthodes et recettes de management, car elles ne fonctionnent que sur ces valeurs. A l’inverse, ce n’est que littérature intellectuelle.

 

Jean-François LECARPENTIER – Dimanche 16 Avril 2017

130

Vous aimerez peut-être aussi